AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Saul Raisin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hpp2
Notre Dieu à Tous
avatar

Nombre de messages : 21871
Age : 38
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Saul Raisin   Jeu 25 Fév 2010 - 12:33

des nouvelles de l'ex grand espoir victime d'une grave chute :

source velochrono

Saul Raisin : “Garder espoir en toutes circonstances” Par Jeremy Proux

4 Avril 2006. Dans les rues de Saint-Mars-la-Jaille, petite commune de Loire-Atlantique, théâtre de l’arrivée de la première étape du Circuit de la Sarthe, on s’impatiente, comme de tradition sur les arrivées des courses cyclistes qui font monter l’excitation chez les suiveurs, qu’ils soient plus ou moins avertis. Au loin le peloton, parti en fin de matinée de Mouilleron-le-Captif, fief de Thomas Voeckler, surgit. Une chute après « un dernier kilomètre très dangereux », comme l’avouera le vainqueur Robert Forster, vient conclure un sprint qui aurait pu tourner au drame. Trois coureurs, dont Brett Lancaster et Tyler Farrar se retrouvent à terre. Le troisième, le plus touché se nomme Saul Raisin …A 23 ans, le jeune américain, tombé la tête la première, est promis à un bel avenir, après une 9eme place sur le Tour d’Allemagne en 2005. Le bilan est des plus lourds pour le protégé de Roger Legeay au Crédit Agricole. De multiples fractures et un très grave traumatisme crânien plongent le coureur dans un profond coma. Passé tout près de la mort et aujourd’hui à la tête d’une association qui aide les traumatisés cérébraux, Saul Raisin s’est confié à Vélochrono. Il évoque sa nouvelle vie, au cours de laquelle il continue de s’adonner à la pratique sportive. Avec la même philosophie.

« Je ne savais plus ce qu’était un vélo »
Hospitalisé en urgence, Saul Raisin répand un temps l’inquiétude dans le peloton de la course sarthoise. Une bonne nouvelle vient cependant réjouir l’ensemble de la caravane, quand les médecins du CHU d’Angers, où le coureur a été admis, annoncent que l’état de l’accidenté s’améliore de manière encourageante, au terme de quatre jours insoutenables, durant lesquels le garçon est entre la vie et la mort. De son réveil, une dizaine de jours après cette terrible chute qui a failli l’emporter, le principal intéressé n’a plus aucun souvenir. “Pendant des semaines durant, après m’être réveillé de mon coma, j’étais dans un demi-sommeil. Ma vie ne se résumait qu’à ouvrir et fermer les yeux”. Aucune certitude n’est alors avancée, au regard des séquelles physiques et psychologiques, quant à la possibilité de reprendre une carrière brillamment entamée, avec des performances probantes sur le Tour de l’Avenir 2005 (meilleur grimpeur), et une victoire sur l’étape la plus montagneuse du Tour du Langkawi 2006. “Je n’ai pas pensé au cyclisme, tout simplement parce que je ne savais plus ce qu’était un vélo”, explique t-il.

Peu à peu, avec le recul, quelques brides ressurgissent, et un sentiment, celui de « l’amour pour ce sport », comme il l’explique, renaît. “Néanmoins, c’était comme un rêve éloigné, ajoute t-il, mais destiné à me faire comprendre qu’il fallait que je roule encore”. Aujourd’hui encore, la période qui a précédé l’accident est frappée d’un grand flou. “Je ne me rappelle rien de la période de deux mois qui a précédé ma chute. Tout ce que j’ai fait deux années avant mon accident reste d’ailleurs un brouillard profond. C’est presque comme si j’étais mort deux années durant”, résume t-il, comme pour mieux exprimer la gravité de l’accident.

Une tentative de retour à la compétition vite avortée
Début 2007, l’Américain envisage finalement de tenter un retour au premier plan. A force de combativité et de courage, dont il a déjà fait preuve sur le vélo et pendant l’ensemble de sa rééducation, il finit par tout réapprendre, et redevient l’espace d’un hiver un coureur professionnel, après avoir pris part en septembre 2006 au championnat des USA contre-la-montre. Malheureusement, je jeune homme doit se résoudre à raccrocher définitivement, après une décision prise de concert avec les médecins. “J’ai mis un terme à ma carrière, parce que le sport de haut niveau suppose qu’on y consacre pleinement une partie de sa vie et de son corps. Reprendre le vélo aurait ainsi signifié être dans la continuité de la vie que j’ai connue avant cette chute”.

Il comprend dès lors que les séquelles sont trop importantes et incompatibles avec les exigences du professionnalisme. “Il y a beaucoup de risques inhérents à la pratique du vélo, et je ne voulais pas me donner une chance de tomber à nouveau sur la tête”. Comme pour relativiser une déception des plus compréhensibles, il place le fait d’être encore en vie en tête de ses satisfactions. “J’essaye toujours de placer ma vie en priorité”, et ce malgré les marques physiques encore visibles de l’accident. “J’ai toujours quelques incapacités physiques. En raison de mes dommages au cerveau causés par la chute, le côté gauche de mon corps est beaucoup plus faible. J’ai également des problèmes de coordination entre ma main et ma jambe gauches”.

Le sport et l’associatif au centre de sa « nouvelle vie »
La déception rangée dans les cartons, Saul Raisin reste aujourd’hui encore un sportif passionné et accompli. “Je cours des triathlons et des marathons, pas en tant que professionnel mais dans la catégorie handisport”. Son état d’esprit révèle de surcroît que même après un tel accident, le mot « ambition » peut rester d’actualité. “Je pourrais peut-être un jour faire les Jeux Handisports, qui sait !”, avoue-t-il sans trop plaisanter. Si il continue par conséquent de faire de la pratique sportive une activité grâce à laquelle il prend toujours du plaisir, il concède néanmoins ne plus avoir de véritables liens avec le monde du cyclisme professionnel. “Je continue de fréquenter avec un grand plaisir quelques bons amis comme Thor (Hushovd, NDLR), mais c’est tout”. Une volonté, certainement, de tourner la page, et de ne pas faire de cette chute une fixation, mais bel et bien de poursuivre une seconde vie au sein de laquelle la France et les Français continuent d’occuper une place remarquable. “J’aime la France et je lui garderai toujours une place dans mon cœur. Mon objectif est de retourner en France une fois par an. Je me suis déjà rendu au CHU d’Angers, où j’ai été transporté après ma chute, auprès des médecins qui m’ont sauvé la vie”.

L’autre ambition de l’ancien coureur du Crédit Agricole est de faire grandir un projet d’association (la Raisin Hope Fondation) qui a vu le jour quelques temps après l’annonce de son retrait définitif des pelotons professionnels. Cette association, dont l’objectif “est de pouvoir faire quelque chose pour les gens atteints de graves dommages au cerveau, mais surtout de leur faire savoir qu’il faut garder espoir, en toutes circonstances”, s’est dotée depuis d”un site Internet, et assiste ceux qui, comme Saul Raisin, ont dû tout réapprendre. Là encore, la volonté n’a pas quitté l’Américain, presque autant enthousiaste à développer cette “jeune association”, qu’il essaye “avant tout de maintenir en vie”. En toutes circonstances, Saul Raisin conserve la volonté de se battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doryangrey
Roi des Chouans
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 31
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: Saul Raisin   Mar 2 Mar 2010 - 23:29

Bel article, un grand monsieur Saul Raisin, il su redonner un espoir à toutes ces personnes dans la douleur!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Saul Raisin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Photos de Raisin :)
» Course du Raisin à Overijse (1.5) le 25 août
» Mout de raisin : dangereux?
» et le raisin sec
» Raisin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire de l'Empereur Estonien :: La Petite Reine :: Coureurs et managers-
Sauter vers: