AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pavel Tonkov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Pavel Tonkov   Mar 14 Aoû 2007 - 12:47

PERSONNALITÉ

Pavel Tonkov est réputé pour sa timidité. Il s'exprime avec une petite voix et avec un minimum de mots. Il dégage une image de tranquilité et de séreinité. Il est aussi très croyant. Il a d'ailleurs porté toute sa carrière une icône de saints russes que sa mère lui a donné. Ernesto Colnago, un des Directeur sportif dans sa carrière le décrit en quelques mots: "Tonkov est un homme. J'ai connu beaucoup de coureurs, mais celui-là, c'est un homme".

Pavel Tonkov est quelqu'un qui dit haut et fort ce qu'il pense. Voici une de ses phrase, qui restera la plus connue, à l'issue de sa victoire sur le Giro 1996: "Ceci est un sport de chevaux, et nous, nous nous faisons traiter de chevaux. Ils te mettent les œillères et "allez". Ne pas penser, ne pas regarder, ne pas chercher à comprendre. Moi, à l'inverse, je pense, et je regarde et souvent, je ne comprends pas. Et je me demande: à quoi ça sert? Cela avant de sentir sur la figure les coups de la croix que je porte au cou et elle danse pendant que je pédale". Il n'hésitera pas à qualifier les pseudos-supporters qui courent à côté des coureurs comme des gens stupides, saouls et qui ne pensent qu'à passer à la télé.

Aux yeux des journalistes Italiens, il apparait comme une personne froide, et on l'a longtemps diabolisé à cause de ses duels avec Pantani, présentant Tonkov comme un coureur sombre et taciturne. Il ira même jusqu'à faire un bras d'honneur à tous les journalistes Italiens ou Espagnols qui l'ont critiqué, en 2004, lorsqu'il remporter une étape, puisque ces journalistes le présentaient souvent comme un voleur de victoires. Il est vrai que ce coureur avait l'allure d'un antihéros ou plutôt l'allure complètement opposé d'un Marco Pantani, mais à l'intérieur de lui, il possédait une confiance exceptionnelle, qui faisait peur à ses adversaires, car il pratiquait énormément de yoga et de sophrologie. Il était peut-être même beaucoup trop confiant et se fixait souvent des objectifs difficiles.

Son côté antihéros lui vaudra le surnom de cosaque, alors que sa confiance en lui lui vaudra un surnom glorieux: "le tsar". Mais sous ces allures froides, ces équipiers à l'unanimité le décrivent comme un coureur ouvert et drôle.

APTITUDES PHYSIQUES

La montagne a toujours été son terrain privilégié. Réputé comme étant un "diesel", il est très à l'aise dans les longues montées mais n'aime pas les changements de rythme. C'est un coureur de courses par étapes, notamment sur 3 semaines, sa course préférée était le Tour d'Italie, où sa dernière semaine a souvent fait mouche. Son style n'était pas spectaculaire mais efficace, il était ni antique, ni moderne. Il était également très à l'aise dans les faibles températures. "Pavel Tonkov est un homme que l'on ne voit jamais. Pas de coup d'éclat chez lui. Et surtout, rien qui puisse le distinguer. Il se fond comme un caméléon dans les couleurs du peloton"

SA CARRIÈRE SPORTIVE

La victoire de Sergueï Soukhoroutchenkov au Jeux Olympiques 1980 à Moscou lui donne une grande envie de faire du cyclisme. En 1987, il intègre l'équipe nationale de l'Union Soviétique et obtient le droit de courir des courses à l'étranger, il remportera de très beaux succès. Il est champion du monde junior à Bergame en 1987. Très jeune à même pas 20 ans, il montre qu'il est le meilleur coureur Soviétique.

En 1989, il passe une saison amateur en France sous les couleurs du Team Bonnat, c'est un certain Cyril Guimard (en voyage à Moscou) qui le repère. Ce dernier ne se trompe pas: "Celui-ci n'a que 20 ans et il est le numéro un absolu du monde cycliste amateur russe. En Russie, on le considère comme le plus grand espoir de sa génération. Tonkov a toutes les qualités pour aller très loin dans ce sport". Le Russe remporte le Tour du Poitou Charentes et le Duo Normand. Tonkov est ensuite renvoyé de son équipe nationale pour mauvaise conduite, il veut absolument intégrer une équipe pro. Le cyclisme semble fini pour lui, et il intègre l'armée Rouge pour devenir lieutenant.

Viktor Kapitonov, ancien champion Olympique, ancien directeur sportif, le pousse à continuer le cyclisme en 1991. Le Tsar remporte le Tour du Chili devant son modèle, Sergueï Soukhoroutchenkov. Il peut alors passer chez les pros pour 1992. Il signe chez RUSS-Baïkal, sucesseur d'Alfa Lum. Tonkov remporte la Semaine Bergamasque devant d'autres grands espoirs, comme Belli, Shefer ou Armstrong. Lampre le recrute à l'issue de l'épreuve contre 16 bicyclettes Colnago.

En 1993, Pavel fait l'amer expérience des classiques du Nord, il n'apprécie pas et ne reviendra plus jamais. Il est plus à l'aise sur le Giro (5éme et meilleur jeune), malgré son travail pour Fondriest, il se montre solide en montagne. Il participe ensuite au Tour de Suisse, pris de malchance, il perd 6' rapidement. Mais il se montrera impressionnant en montagne et remporte une étape et le maillot du grimpeur.

En juillet 93, il est victime d'un accident de la route et se casse la jambe. Il devra mettre 3 ans, pour retrouver le potentiel maximum de sa jambe droite. Il revient tout de même au mois d'avril 1994, remportant une étape de la Semaine Bergamasque. A la surprise de tout le monde, il retrouve son meilleur niveau et termine 4éme du Giro, où une rivalité entre lui et Berzin apparaitra.

En 1995, il arrive trop tard en forme sur le Giro, et terminera 6éme après une grosse dernière semaine. Il remporte ensuite le Tour de Suisse devant Zulle. C'est en montagne et lors de l'ascension de l'Albula, que Tonkov remporte sa première grande victoire pour 13 petites secondes. Réaction de Tonkov: "Après cette victoire, une chose devrait changer. Désormais j'ai senti le goût de la victoire"

Beaucoup pensait que Pavel Tonkov serait le premier Russe à remporter le Tour de France, mais il n'a jamais été à la hauteur et ne participera que peu de fois à l'épreuve, car ses sponsors Italiens voulaient avant tout gagner le Giro.

En 1995, le Russe fait bonne impression à La Plagne mais doit abandonner à Mende malade. Il participe à l'épreuve en 1999, 2éme lors de l'arrivée au sommet de l'Alpe, il doit abandonner le Tour suite au décès de son beau-père.

Il remporte le plus beau succès de sa carrière sur le Giro en 1996. Il a pour départ Athènes. Leader de la Panaria, son objectif minimum est le podium. On annonce un duel Tonkov - Berzin. Le Giro est assez ennuyeux et commence vraiment lors l'arrivée au sommet de Prato Nevoso à la fin de la 2éme semaine. Le Russe remporte l'étape et s'empare du maillot rose, ses principaux adversaires sont Berzin, Ugrumov et Olano. Première victoire d'étape sur le Giro. Le Russe est en difficulté sur le chrono de 62km arrive entre Vicenza et Marostica. Mal échauffé, le Russe part lentement, à mi-course il n'est plus maillot rose. Rapidement, il enlève son masque et effectue une dernière partie du parcours très rapide sauvant son maillot rose pour une seconde face à Olano. Mais au Passo Pordoi, l'Espagnol prend le rose pour 46 centièmes. Pavel est victime d'une glycémie durant l'étape, sans son maillot rose, il aurait perdu 10'. Mais lors de l'étape d'Aprica avec le Mortirolo, le Russe retrouve son coup de pédale, surclasse Olano pour remporter le Giro. Il est le deuxième Russe à gagner un Grand Tour.

Son début de saison 1997 est contrariée par les blessures. Il se rassure acvec une 2éme place au Tour de Trentin. Entouré d'une grande équipe pour le Giro (Faresin, Missaglia, Lanfranchi, Giuseppe di Grande et Gianni Bugno), Tonkov part favori à sa propre sucession. Son adversaire désigné est Berzin. Lors du chrono en côte à Saint Marin, le tsar devancra son compatriote pour prendre le maillot rose. Au Monte Baigua, le Russe montre des premiers signes de faiblesse face à Leblanc. Au San Pantaleon, il fait une grosse erreur tactique en laissant 2' gratuitement à Gotti, et perd le maillot rose et le moral. Dans le chrono de 40km, il ne peut reprendre que 15" à Gotti. A la fin de l'étape de Falzes, Tonkov a désormais 1'32" de retard sur Gotti à cause d'une chute. Malgré sa grande offensive dans le Mortirolo, Gotti résiste et lui laisse gagner l'étape, sa 3éme, maigre lot de consolation, le Tsar est 2éme au général.

Tonkov n'est pas du genre à admirer les autres coureurs, par contre il reconnait avoir un grand respect pour Miguel Indurain: "Indurain est mon modèle. Chaque fois que je cours avec lui, je cherche à comprendre comment il se comporte, à savoir quelles vitesses il utilise. Indurain est le seul coureur pour lequel j'éprouve un peu d'envie"

Il prend le départ de la Vuelta en 1997. Au départ de Lisbonne, avec un excellent moral et forme, Pavel fait figure d'outsider. Son début de Vuelta est catastrophique, il perd 30' dès les premières étapes et veut abandonner. Mais Saronni lui dit: "tu gagnes une étape et tu peux voir ton fils". C'est chose faîte, au sommet Valgrande Pajares, Tonkov remporte son étape, mais décide de continuer. Au Lagos de Covadonga, Pavel remporte l'étape reine de la Vuelta puis s'éclipse à quelques jours de l'arrivée.

Le Cosaque passe près d'une victoire mythique sur l'Angliru en 1999. Il aborde les premières rampes en tête, mais dans les derniers hectomètres, il est dépassé par Jimenez, aidé par les motos, défaite au goût amer. Il souffrira ensuite de problème à l'abdomen, et terminera 4éme au général.

En s'adjugeant la Semaine Bergamasque 98, il montre qu'il est très fort à l'approche du Giro. Tonkov veut une revanche. Le Giro démarre plutôt mal, car Zülle est très fort, à la fois en montagne et dans les chronos. Mais quand la haute montagne arrive, Pantani et Tonkov sortent du lot, l'intensité du duel entre les 2 coureurs montent de jours en jours. Sur le chrono, Zulle est impérial et conforte son maillot rose, alors que Pantani est à la dérive. Tonkov est désormais 2éme au général. L'étape reine du Giro est celle de Selva Val Gardena avec la Marmolada et le Passo Sella. Dans la Marmolada, Tonkov veut accélèrer voyant Zulle en difficulté, mais il préfère attendre le démarrage de Pantani, grave erreur car il se fera terrasser par l'Italien. Le Pirate fait coup double et possède 30" d'avance sur le Russe.

A l'Alpe di Pampeago, Tonkov remporte l'étape, lâchant Pantani dans les derniers hectomètres de l'étape. Le Montecampione est la dernière occasion pour Pantani de reprendre du temps à son rival. Zulle a craqué et perd toutes ses illusions. C'est à 17 km du sommet que Pantani attaque. Seul Tonkov le suit. Pantani accélèrera encore plusieurs fois, sans succès, le coasaque est tenace, malgré une foule contre lui. A 2 km de l'arrivée, Pantani parvient à lâcher le Russe, qui s'écroule en perdant près d'une minute. La victoire se jouera sur les 34km du dernier chrono. Surprise, Pantani devance Tonkov, désabusé: "Pantani rouleur, quelle surprise! Vraiment je ne le crois pas! Non, vraiment je ne croyais pas que le maillot rose avait un rôle aussi déterminant. Bien, cela voudra dire maintenant qu'il pourra tenter de battre le record de l'heure." Il ne reviendra pas sur le Giro l'an prochain.

En 2000, il revient sur le Giro pour gagner. Mais il n'est pas à la hauteur. En septembre 2000, le divorce est consommé, le Russe se présente quand même sur la Vuelta, terminant sur le podium à la 3éme place. Après son difficile passage chez Mapei, Tonkov signe chez Mercury en 2001. Non-invité sur le Tour de France, il décide de réagir en juin sur les courses Française. Il termine 3éme de la classique des Alpes et terminera 2éme du Dauphiné à 1" de Moreau.

En 2002, Tonkov revient à la Lampre. Son retour est payant, il termine 5éme du Giro, après une superbe victoire plein de panache au sommet de la Marmolada. En 2003, Pavel signe chez CCC-Polsat première équipe de l’est à être admise en première division, cette équipe veut obtenir sa participation au Giro. L'objectif est réussi, mais l'équipe ne paie pas le salaire de son leader. Tonkov est au départ du Giro 2003 avec un moral faible, le tsar décide d'abandonner assez rapidement. Pavel annonce qu'il doit subir une opération sur une hernie discale en été 2003. Chose mal vue par son équipe qui le licencie sur le champ, sans avoir perçu son salaire sur les derniers mois qui s'élève à 150.000€. Il obtiendra gain de cause l'année prochaine.

Il change encore d'équipes en 2004 et passe chez Vini pour jouer les équipiers modèles pour Garzelli. Il remporte l'étape à Fondo Sarnonico. Il franchit la ligne en faisant un bras d'honneur adressé aux journalistes qui l'ont critiqué au cours de sa carrière.

En 2005, il signe chez LPR, et exprime son dégoût du cyclisme moderne et de l'arrivée du Pro Tour. Son équipe n'est pas sélectionné pour le Giro. Il ira alors remporter la Classica Alcobendas comme réponse. La dernière course de sa carrière est le Tour de Lombardie, il abandonne le cyclisme dans l'anonymat.
Revenir en haut Aller en bas
Maire
Maire du Forum
avatar

Nombre de messages : 10306
Age : 24
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: Pavel Tonkov   Dim 28 Oct 2007 - 18:51

Magnifique portrait oui
J'aime beaucoup ce coureur Surprised

Une petite erreur a un moment où tu dis qu'il est le premier russe a gagner un GT, c'est faux puisque Berzin a gagné le Giro 94 Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DIEU MOLL
Roi des Gains
avatar

Nombre de messages : 8003
Age : 28
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Pavel Tonkov   Dim 28 Oct 2007 - 19:06

Waw j'en avais pas grand chose a foutre quand il courrait mais en fait je le soutiens retrospectivement timide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SACCHARINE
Roi de la Saussouze
avatar

Nombre de messages : 18059
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: Pavel Tonkov   Jeu 13 Mar 2008 - 16:46

"L'UCI Pro-Tour ne fonctionne pas. J'ai peur qu'il ne provoque la ruine de beaucoup d'équipes et de beaucoup d'organisateurs. Dans les courses du Pro-Tour, ce sont peut-être les meilleurs équipes qui court, mais pas les meilleurs coureurs..."

Juin 2005
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pavel Tonkov   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pavel Tonkov
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Epée Pavel Moc et gambisons aux Pays-Bas
» Transports Pavel Lidak (CZ)
» Match des étoiles
» Dispo a Nashville
» casque tournois XVth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire de l'Empereur Estonien :: La Petite Reine :: Histoire-
Sauter vers: